Est-il mal pour une femme de recevoir une péridurale et/ou d'autres analgésiques pendant l'accouchement ?

Est-il mal pour une femme de recevoir une péridurale et/ou d'autres analgésiques pendant l'accouchement ? Réponse



La douleur fait partie de l'accouchement depuis qu'Eve a donné naissance à Caïn (Genèse 4:1). La plupart des érudits s’accordent à dire que les douleurs de l’accouchement font partie de la malédiction que Dieu a placée sur Eve à cause de son péché en mangeant le fruit défendu (Genèse 3 :16), tout comme les mauvaises herbes et les chardons faisaient partie de la malédiction d’Adam (Genèse 3 :17-18). Certaines personnes soutiennent que, puisque la douleur de l'accouchement est la conséquence du péché, une mère en travail ne devrait pas essayer d'atténuer ou d'échapper à cette douleur. D'autres ne sont pas d'accord, notant que le mot hébreu traduit par douleur peut aussi signifier labeur ou travail et n'implique pas nécessairement une souffrance physique, mais plutôt un travail acharné pour donner naissance. Mais s'il est vrai que la souffrance physique et/ou le dur labeur lors de l'accouchement est le jugement de Dieu sur une femme, est-ce mal d'avoir une péridurale et/ou d'autres médicaments analgésiques pendant l'accouchement ? Demander une péridurale est-il une tentative d'annuler le juste jugement de Dieu ?



Pour pousser cet argument jusqu'à sa conclusion logique, il faudrait également interdire les désherbants, les tondeuses à gazon et la plupart des techniques agricoles modernes, puisque Dieu a maudit la terre pour Adam et a déclaré que l'homme devrait produire sa nourriture à la sueur de son corps. front. Pour rester cohérent, si les péridurales sont mauvaises, tous les dispositifs d'économie de temps ou de travail pour les hommes doivent être également mauvais. De plus, puisque TOUTES les douleurs physiques sont dues à l'influence du péché sur cette planète, même l'utilisation de l'aspirine serait une offense à la justice de Dieu, selon cette façon de penser. Il n'y a rien d'immoral à ce qu'une femme reçoive des analgésiques pendant l'accouchement.





La plupart des mères veulent ce qu'il y a de mieux pour leurs bébés, et certaines mères pensent que l'accouchement entièrement naturel est la meilleure façon d'offrir ce meilleur. La recrudescence du recours aux sages-femmes et aux coachs d'accouchement illustre cette popularité croissante des accouchements naturels voire à domicile. Les mères qui veulent suivre cette voie devraient avoir toute liberté pour le faire. Mais cela signifie qu'aucune péridurale ou bloc rachidien ne lui sera disponible, à moins qu'elle ne soit transportée d'urgence à l'hôpital pour une intervention d'urgence.



D'autres futures mamans ne voient aucun sens à des souffrances inutiles et s'inscrivent avec empressement à tous les médicaments antidouleur que leurs médecins peuvent proposer. Étant donné que la péridurale et la colonne vertébrale ne comportent aucun risque pour leurs bébés, ces mères pensent également qu'elles offrent le meilleur à leurs enfants tout en garantissant une expérience relativement sans douleur pour elles-mêmes. Même lorsque des stupéfiants sont administrés à une mère en travail, l'effet minimal sur l'enfant s'estompe en quelques heures. Le bébé peut être un peu plus endormi au début, mais après quelques heures, les bébés de mères médicamentées réagissent aussi normalement que ceux nés sans intervention médicamenteuse. Les mères qui ont opté pour des analgésiques peuvent être plus détendues et prêtes à interagir avec leur nouveau-né, au lieu d'être préoccupées par la douleur.



Avant l'époque des analgésiques efficaces, les femmes en couches et les personnes subissant des procédures médicales douloureuses recevaient souvent un bâton en bois ou un morceau de cuir à mordre. La phrase mordre la balle vient de cette pratique. Les soignants donnaient à ceux qui souffraient quelque chose de dur mais suffisamment malléable pour protéger les dents, tout en empêchant les patients de se mordre la langue dans l'agonie du moment. Au fur et à mesure que les connaissances médicales ont augmenté, la pléthore de médicaments antidouleur sur le marché, dont beaucoup sont conçus pour les femmes en travail, a augmenté. Les péridurales, les blocs rachidiens et les anesthésiques locaux sont maintenant utilisés pour soulager ou réduire les heures de douleur intense ressenties par de nombreuses femmes lors de l'accouchement. Mais certains soutiennent que donner naissance est l'expérience la plus naturelle et la plus belle du monde et engourdir cette expérience revient à priver la mère et l'enfant de tout ce que Dieu a voulu qu'ils partagent ensemble. Ils suggèrent également que les médicaments de toutes sortes peuvent affecter la santé du bébé. Même les médicaments considérés comme sûrs peuvent créer des problèmes non encore découverts.



Il existe différents types d'analgésiques offerts pendant le travail. Une péridurale ou un bloc rachidien est une injection de médicament dans le bas du dos ou près de la moelle épinière de la mère en travail. Les péridurales sont souvent administrées avant les césariennes ou lorsque le travail a progressé jusqu'à un certain point. L'effet d'engourdissement se produit en quelques instants, un facteur critique dans le cas des césariennes d'urgence lorsque le bébé ou la mère est à risque. Selon le site Web de la Mayo Clinic, les péridurales et les blocs rachidiens ont peu ou pas d'effet sur le bébé. Les injections localisées d'anesthésique près du canal génital ne soulagent pas la douleur des contractions mais peuvent temporairement engourdir des zones spécifiques du corps de la mère en cas de sutures ou de déchirures. Les anesthésiques locaux n'ont également aucun effet sur le bébé. Les narcotiques, cependant, atténuent la douleur des contractions mais peuvent provoquer de la somnolence, des nausées ou une modification du rythme cardiaque de la mère, ce qui peut affecter le bébé. Les narcotiques peuvent également provoquer une diminution ou un arrêt des contractions, de sorte que les professionnels de la santé surveillent attentivement leur utilisation chez les mères en travail.

Le danger dans des problèmes comme celui-ci est de spiritualiser quelque chose qui n'est pas spirituel. Certaines personnes créent des lois morales et spirituelles à partir de ce qui n'est ni moral ni spirituel. Jésus a réprimandé les Pharisiens pour avoir fait cela (Marc 7:8). Nous le voyons au sein de la communauté chrétienne à propos de choix tels qu'aller au cinéma, porter des bijoux, faire l'école à la maison ou manger au restaurant le dimanche. Lorsque nous devenons convaincus qu'une certaine pratique est bonne ou mauvaise pour nous, nous construisons souvent des caisses à savon à partir desquelles nous prêchons nos convictions au monde. Cependant, s'il n'y a pas de principe biblique derrière de telles convictions, nous devons être prêts à admettre qu'elles sont les nôtres et non celles de Dieu. Romains 14 couvre bien cette question, Paul concluant : Qui es-tu pour juger le serviteur de quelqu'un d'autre ? Pour leur propre maître, les serviteurs se tiennent debout ou tombent. Et ils tiendront, car le Seigneur peut les faire tenir (verset 4).

La Bible ne prend aucune position contre la médecine ou les médecins, comme certains voudraient nous le faire croire. Luc, l'auteur de Luc et des Actes, a été appelé le médecin bien-aimé (Colossiens 4:14) par l'apôtre Paul. Luc a voyagé avec Paul lors de plusieurs de ses voyages missionnaires, et certains érudits pensent qu'il était le médecin personnel de Paul. Paul a également encouragé son jeune protégé, Timothée, à consommer un peu de vin à cause de votre estomac et de vos fréquentes maladies (1 Timothée 5 :23). Il n'y a donc rien de spirituel à refuser un traitement médical ou des analgésiques en cas de besoin. Les femmes qui vivent dans des régions du monde où la péridurale ou les blocs rachidiens sont disponibles devraient les utiliser si elles le souhaitent, et les femmes qui veulent des naissances entièrement naturelles devraient également se sentir libres de refuser les médicaments. Ni l'un ni l'autre de ces choix n'annule en aucune façon le plan de Dieu ou ne défie Ses justes décrets. Jésus a guéri toutes sortes de douleurs physiques et de maladies pendant son séjour sur terre, démontrant qu'il n'y a aucune valeur spirituelle à souffrir inutilement (Matthieu 4:24).

Romains 14:22 peut être notre guide dans toutes les questions qui ne sont pas clairement abordées dans la Bible par verset ou par principe : Ainsi, tout ce que vous croyez à ce sujet, gardez-le entre vous et Dieu. Heureux celui qui ne se condamne pas par ce qu'il approuve. En d'autres termes, formez des convictions sous la direction du Saint-Esprit et suivez ces convictions comme un acte d'abandon à Jésus. Mais ne jugez pas les autres qui n'ont peut-être pas cette conviction et ne leur permettez pas de vous dissuader de la vôtre. Nous répondons tous à Dieu pour la façon dont nous avons obéi à sa direction, et garder une conscience claire en tout devrait être un objectif primordial de chaque chrétien (Romains 14 :12).



Top