Qu'est-ce qu'une église de la Troisième Voie ?

Qu'est-ce qu'une église de la Troisième Voie ?

Une église de la troisième voie est un type d'église chrétienne qui se concentre sur l'évangélisation, la justice sociale et l'engagement communautaire. Ce modèle d'église met l'accent sur la sensibilisation de la communauté par le biais de projets de service et de travail missionnaire. Il cherche également à engager la culture par le dialogue et les relations. Les églises de la Troisième Voie se caractérisent souvent par leur passion pour la justice sociale et leur engagement à vivre l'amour du Christ dans tout ce qu'elles font.

Réponse





Les politiciens et les économistes parlent de la Troisième Voie depuis une centaine d'années maintenant. Ce n'est que récemment que le terme Troisième voie été utilisé dans un contexte ecclésiastique, certaines églises prétendant maintenant être des congrégations de la Troisième Voie. Dans un contexte laïc, Troisième voie fait référence à un juste milieu entre deux extrêmes perçus. Le libéralisme politique et le conservatisme, par exemple, sont parfois cités comme étant tous deux trop extrêmes, nécessitant une troisième voie entre les deux. Les adeptes de la pensée de la troisième voie s'appellent souvent les modérés et tentent de puiser dans les valeurs des deux côtés des problèmes. Dans un contexte d'église, Third Way se réfère généralement à ceux qui recherchent un terrain d'entente sur la question de l'homosexualité ou du mariage homosexuel.



Les églises de la Troisième Voie rejettent la polarisation de la société. Ils cherchent à s'engager dans la culture sans porter de jugement sur les autres et sans redéfinir leurs propres croyances fondamentales. Ils ne souhaitent pas se retirer de la société et ils ne veulent pas abandonner leurs convictions. Offert le choix de se battre ou de se rendre, ils ne choisissent ni l'un ni l'autre. La troisième voie est présentée comme la voie de l'acceptation, de l'amour, de l'égalité et de l'interaction. Les positions théologiques passent au second plan l'amour.



Concernant la question de l'homosexualité, les partisans de la troisième voie essaient de promouvoir la paix, affirmant que la question de l'orientation sexuelle ne devrait pas diviser les chrétiens. D'une part, ils rejettent la position traditionnelle de l'église selon laquelle l'homosexualité est un péché ; d'autre part, ils peuvent s'abstenir de célébrer des mariages homosexuels. Le terrain d'entente recherché par la troisième voie est l'enseignement que les homosexuels peuvent en effet être de vrais chrétiens, ayant besoin d'affirmation et de soutien, et qu'il est temps d'arrêter de lutter contre les homosexuels et de commencer à les inclure dans l'église. Étonnamment, les partisans de la troisième voie ne voient pas du tout leur position comme un compromis.





Le problème est que, sur certaines questions, il n'y a vraiment pas de troisième voie. Autant certaines personnes aiment habiter dans les zones grises, il existe un noir et un blanc en matière de comportement homosexuel. La Bible est très claire sur le fait que la pratique homosexuelle est mauvaise, et il est tout aussi clair que le mariage est un engagement à vie entre un homme et une femme. L'église du Dieu vivant continuera-t-elle d'être la colonne et le fondement de la vérité (1 Timothée 3:15), ou l'église abandonnera-t-elle sa mission dans un bourbier de compromis et de concessions ?



L'église appartient à Dieu ecclésie , Son assemblée appelée. Nous devons refléter la sainteté de Dieu dans un monde obscurci par le péché, et non refléter la morosité de la société sur elle-même. Le principe biblique de sortir d'eux et de se séparer (2 Corinthiens 6:17) est toujours valable; l'Église est appelée à choisir son camp sur les questions morales, non à trouver une troisième voie.

Le Dr Albert Mohler, président du Southern Baptist Theological Seminary, souligne l'impossibilité de trouver un terrain d'entente sur la question du mariage homosexuel. Il écrit : Il n'y a pas de troisième voie sur cette question. . . . Le problème est binaire. Une église reconnaîtra les relations homosexuelles, ou elle ne le fera pas. Une congrégation enseignera une position biblique sur le caractère pécheur des actes homosexuels, ou elle affirmera que les comportements homosexuels sont moralement acceptables. Les ministres organiseront des cérémonies homosexuelles, ou ils ne le feront pas (Il n'y a pas de « troisième voie » - Les baptistes du Sud font face à un moment de décision (et vous aussi), AlbertMohler.com, 2 juin 2014).

Les églises qui ont choisi de s'identifier comme des congrégations de la troisième voie constatent que même leur position médiane est source de division. En choisissant d'affirmer le comportement homosexuel, ils tournent nécessairement le dos aux traditionalistes au sein de leurs congrégations. En ignorant l'enseignement biblique, les églises de la Troisième Voie choisissent en fait un camp, et les congrégations sont divisées en conséquence.

Il y a une route large, a dit Jésus, et une route étroite (Matthieu 7 :13-14). Il y a le bon et le mauvais chemin, mais pas de troisième chemin. L'idée qu'une église peut choisir de ne pas prendre une position officielle sur l'homosexualité est un vœu pieux. La culture trace une ligne dans le sable, et l'église doit être équipée de l'armure complète de Dieu et être disposée à tenir bon (Éphésiens 6 :14).



Top